« Christmas Ghost Stories » : une tradition littéraire de Noël

Le week-end dernier, j’ai installé le sapin. Et entre le fils de 2 ans qui s’amuse à défaire les décorations que vous venez de poser, la réflexion sur le sapin « qui pue la pisse de chat », et la prise de la guirlande électrique qui vous tombe sur le petit orteil (oui, ça fait VRAIMENT mal), je me dis que les préparatifs de Noël sont une épreuve.

Alors pour dériver l’angoisse que les fêtes de fin d’année peuvent créer, je me suis replongée dans le livre « Contes fantastiques de Noël », une anthologie de nouvelles compilée par Xavier Legrand-Ferronière.

Alors si pour vous aussi, les préparatifs des fêtes vous donnent du fil à retordre, pourquoi ne pas faire un bon dans le temps et découvrir ou redécouvrir une tradition littéraire oubliée ?

Goûtez un Noël comme vous n’en avez jamais connu auparavant. Ouvrez la porte et découvrez les « Christmas Ghost Stories » ou histoires de fantômes de Noël.

Christmas ghost stories : un genre littéraire oublié

Dans l’Angleterre de l’ère victorienne, est née une tradition qui devint rapidement populaire : se rassembler lors de la veillée de Noël pour écouter une histoire de fantôme. Esprit de Noël, spectres, âmes tourmentées… le frisson devait être au rendez-vous et les frayeurs garanties.

Des auteurs comme Dickens, Sheridan Le Fanu, Hawthorne ou Stevenson se sont soumis à la tradition, et ont écrit une ou plusieurs histoires de fantôme de Noël. Et même si les « Christmas Ghost Stories » sont d’origine anglaise, les auteurs français ont également puisé dans cette tradition So British. Alphonse Daudet, Guy de Maupassant, ou encore Alphonse Allais ont ainsi imaginé des contes de Noël où l’étrange est le maître mot.

Si dans l’Angleterre du XIXè siècle, écrire son histoire de fantôme de Noël devint rapidement populaire parmi les auteurs, aujourd’hui encore, certains perpétuent cette tradition. De même, certaines familles continuent de se réunir pour écouter une histoire où esprits et revenants s’invitent à la table des fêtes.

Pourquoi une telle tradition ?

Les histoires de fantômes ont toujours eu le vent en poupe.

En Angleterre, si pendant des siècles, Noël n’était en rien un jour spécial et devait être travaillé comme n’importe quel jour, c’est au XIXè siècle qu’il devint chômé, et synonyme de fête familiale. Il devient rapidement d’usage de décorer de beaux sapins, et de préparer de bons repas. L’échange de cadeaux vient également de cette époque.

Mais, si l’époque victorienne est officiellement chrétienne, c’est aussi une époque où l’intérêt pour le spiritisme est important, et durant lequel les références aux anciens cultes païens se multiplient.

La fête de Yule, et les croyances y étant associées, se fondera progressivement dans la célébration chrétienne de Noël.

Le solstice d’hiver (correspondant à la nuit la plus longue de l’année) revêt, dans la tradition païenne, une symbolique particulière : celle d’une plus grande part de ténèbre sur la lumière. Ce moment particulier de l’année était également considéré comme une des dates les plus importantes de communication entre le monde visible des vivants, et celui invisible des morts.

Les « Christmas Ghost Stories » seront donc les enfants d’un mariage unissant deux traditions que tout oppose.

Car, si l’apport du paganisme est important dans la création de ce genre littéraire, la part de christianisme n’est pas à minimiser. L’importance de ces histoires résidait, en effet, dans la présence d’une morale, d’une leçon, qui devait rappeler à tous (enfants comme adultes) un certain nombre de valeurs, de règles morales et de savoir-vivre.

Pourquoi renouer avec cette tradition aujourd’hui ?

À l’heure où certains déplorent que les fêtes de fin d’année deviennent de plus en plus commerciales, la lecture d’un conte de Noël permet de revenir à la simplicité. En effet, quoi de plus simple, gratuit, et fédérateur que de se rassembler autour d’une table ou d’un feu, pour lire ensemble une histoire ?

Inclure un moment de lecture lors de la veillée de Noël peut aussi être une activité originale et ludique pour les plus jeunes. Pourquoi ne pas proposer à un enfant de lire une courte histoire que tout le monde écoutera attentivement ? Ou bien, rassembler les enfants autour du sapin pour écouter l’histoire qu’un adulte lira ?

Pour les passionnés de lecture, cela permettra de présenter leur passion, et de prouver qu’il n’y a pas que les films ou les dessins animés qui ont la primeur de cette fête.

Pour les jeunes enfants, cela les familiarisera avec la lecture et l’écoute d’une lecture.

Bref, il n’y a que des avantages à réintégrer cette tradition lors de la veillée de Noël.

Auteurs : les histoires de fantômes de Noël sont faites pour vous !

Si vous voulez écrire une ou plusieurs histoires de fantômes de Noël, lancez-vous !

Lire sa propre histoire à ses enfants, et à ses proches lors de la veillée de Noël est un beau moment de partage.

Si vous ne savez pas comment vous y prendre voici quelques conseils :

  1. Il n’est pas nécessaire de tomber dans le gore pour s’intégrer au thème des « christmas ghost stories »Les histoires mystérieuses, magiques, féeriques peuvent très bien faire de bons récits de fantômes de Noël… tant qu’ils contiennent la présence de fantômes ! Que ceux-ci prennent l’apparence de spectres ou de forces invisibles, qu’il soient homme ou femme (ou pourquoi pas un animal ?), tout est permis tant que quatre éléments essentiels sont présents : Noël, des fantômes, une intrigue fantastique et une morale (explicite ou cachée).
  1. Si vous souhaitez que votre histoire puisse être écoutée par des enfants, optez pour le mystère ou la féérie. Si vous souhaitez vous faire peur entre adultes, alors faites-vous plaisir, et inventez l’histoire la plus effrayante possible. Rappelez-vous avant tout que l’esprit de Noël est roi en cette période de l’année, et qu’il est très taquin.

Foncez rédiger votre propre histoire de fantômes de Noël ou partez à la recherche des classiques du genre. Votre réveillon n’en sera que plus original et mémorable !

Je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année et vous dis à très bientôt pour de nouvelles aventures de Noël.

PS : Jusqu’au 31 décembre, je publierai une histoire de fantômes de Noël par semaine. Certains d’entre vous les reconnaîtront puisqu’elles ont été publiées sur le site « ShortEditions » l’année dernière à la même époque.

Vous écrivez des histoires fantastiques de Noël ? n’hésitez pas à poster les liens vers vos récits dans la section commentaires.

Vous avez aimé cet article sur les « Christmas Ghost Stories » ? partagez-le sur vos réseaux sociaux !

Save

Save

Save

Save

Save

Un commentaire

  1. Les fêtes de fin d’année approchent. Très bonne idée.
    Et merci pour ces précisions sur les « Christmas Ghost Stories » , j’ai appris des choses aujourd’hui ! 🙂

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *