Chronique d’aujourd’hui : « Anna. » de Laura Moods

Titre : « Anna. »

Auteur : Laura Moods

Genre : Thriller

Date de parution : 2017

Nombre de pages : 236

Formats : Numérique et Broché

Lien d’achat : Amazon

Appréciation (♥-♥♥♥) : ♥♥

Résumé :

Anna et Eliott forment un couple idéal. Une belle maison dans un quartier chic. Un métier dans l’éducation. Des amis charmants et brillants. Une vie rêvée.

Jusqu’au jour où, après une soirée, Eliott ne rentrera pas. C’est alors que la vie d’Anna s’effondre.

Pourquoi n’a-t-elle rien vu ? Pourquoi tout semble lui indiquer, que son mari n’est pas celui qu’elle pensait connaître ? De la Caroline du Nord à la Pennsylvanie, d’une chambre d’hôtel à un club libertin, des secrets aux gros titres des journaux, plus rien ne sera comme avant…
Un thriller dramatique à la première personne, où la vérité sera plus douloureuse que le mensonge.

Mon avis

Voilà un roman que j’ai dévoré en deux jours (et encore, j’ai été forcée de poser le livre vu l’heure tardive de la nuit sinon je l’aurais volontiers lu d’une traite…).

Dans ce récit, tous les ingrédients d’une bonne recette de thriller sont présents et la mayonnaise prend très vite.

Une touche de campagne américaine. Un goût de champs de maïs. Un soupçon de romance. Les scènes se déploient et les personnages prennent vie devant nos yeux.

En lisant « Anna. », je me suis retrouvée à la croisée des chemins entre les récits de Guillaume Musso et de Stephen King, le tout assaisonné d’un zeste de « Sur la route de Madison ».

Mais loin de compiler les clichés, le tour de force de l’auteur est d’être parvenue à les éviter et à créer des personnages uniques et « vivants ».

L’histoire d’« Anna. », c’est avant tout l’histoire d’une femme dont la vie bascule. Une femme qui va puiser dans ses souffrances passées la force de survivre lorsque ce qu’elle croyait être une vie parfaite, s’effondre. Et lorsqu’elle découvre que derrière les apparences il y peut-être un mensonge, Anna doit choisir : fermer les yeux ou se battre pour découvrir la vérité.

Avec ce roman, l’auteur nous plonge dans les méandres des doubles vies, des secrets bien gardés et des tragédies qui leur sont attachées.

Le style

La fluidité d’écriture de l’auteur contribue à la difficulté à lâcher le livre une fois entamé. On se surprend à tourner les pages et à avancer dans le récit, curieux de suivre cette femme dans son enquête.

L’histoire est très bien menée, plusieurs intrigues se croisant pour créer un récit riche et prenant.

Le choix d’écrire à la première personne du singulier ne m’a pas dérangé. Bien au contraire. Comme je l’avais souligné dans cet article sur Le Horla, lorsque ce choix est bien maîtrisé, il facilite l’identification au personnage et crée l’empathie nécessaire pour suivre les aventures des protagonistes.

Les personnages

Un des points forts de ce roman est sans conteste le fait que l’auteur parvient à dépeindre les émotions et les sentiments de ses personnages avec simplicité et authenticité.

Le personnage d’Anna, est très bien construit. L’auteur n’hésite pas à nous plonger dans sa psychologie et c’est alors un tourbillon d’émotions qui saisit le lecteur.

J’ai beaucoup apprécié le travail psychologique et émotionnel de l’auteur sur son héroïne. Grâce à ce travail, Laura Moods a pu créer un personnage en trois dimensions, fort de complexité et d’ambiguïté.

Ce que j’ai particulièrement aimé à propos du personnage d’Anna c’est le fait qu’à aucun moment l’auteur n’en fait une héroïne parfaite. Ses failles et ses faiblesses sont autant mises en avant que ses forces, faisant d’Anna un personnage attachant et réaliste.

Les bémols

Plongée dans l’histoire et attendant le dénouement avec impatience, un élément m’a laissé plus que perplexe.

Alors que l’ensemble du récit est narré du point de vue du personnage principal, on bascule soudain, et ce pour deux chapitres, dans un changement de narration abrupte.

Cela ne m’aurait pas gênée dans l’absolu, mais le moment choisi pour placer ces changements ne m’a pas semblé pertinent.

Alors que le personnage principal découvre un élément décisif qui va nous mener vers le dénouement, le lecteur est coupé de cette découverte. L’enquête menée jusqu’alors laisse place à des témoignages et dévoile le mystère au lecteur d’une façon qui m’a semblé peu naturelle.

J’ai eu l’impression d’un effet de suspens artificiel, d’une envie de « gagner du temps » sur le dénouement. Je n’ai pas vraiment accroché à cette technique et ai été même plutôt déçue par cet artifice.

De plus, ce changement de point de vue m’a laissé une impression de décalage inconfortable entre l’héroïne et le lecteur.

Alors que tout au long du récit nous suivons Anna dans ses découvertes, subitement le lecteur prend une longueur d’avance. Il apprend ainsi des faits dont l’héroïne elle-même n’a pas connaissance, ce qui m’a laissé le sentiment que le lien qui m’unissait à elle se rompait.

Conclusion

Je remercie Laura Moods de m’avoir confié son œuvre à chroniquer et vous recommande chaudement ce livre si vous aimez les suspenses sur fond de secrets.

Du début à la fin, suivre Anna, c’est plonger dans un tourbillon d’intrigues passionnantes et d’émotions qui touchent à notre humanité.

La fin, tout en poésie, clôt en beauté ce thriller psychologique.

Si vivre c’est apprendre à jouer avec les apparences, des personnages comme Anna nous interrogent sur la nécessité d’aller voir ce qui se cache derrière celles-ci.

Il en est ainsi des héros littéraires qui marquent les esprits : rechercher la vérité peu importe son prix. Se battre pour elle quoi qu’il en coûte. Anna fait partie de ces héros.

Vous avez lu « Anna. » ? Ne soyez pas timides et venez partager vos émotions livresques en commentaire.

Vous pensez que cette chronique serait utile à quelqu’un ? Cliquez sur « Partagez » pour la publier sur vos réseaux sociaux !

Save

Save

Save

Save

Save

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *